• Making a halt

    Uploaded on December 10, 2005 by Schul Bernard



    A l'automne de la vie, il arrive qu'on ressente en pensée la brise
    printanière qui, parcourant les couloirs du temps, vient à nouveau
    flotter sur ce lac.

    Si l'on parvient mentalement à maintenir cet état, on se revoit alors
    aux côtés de celui ou de celle qui, jadis, partageait nos émois.

    Un instant, on voudrait enfourcher la bicyclette pour aller voir encore
    plus loin; mais sagement à présent on s'abstient, par crainte que
    l'idyllique vision, de ce fait, à jamais disparaisse.

    Alors, on s'assied et on regarde en silence; et si la brise, par son
    intensité, de nos yeux trop sensibles fait s'échapper des larmes, on
    les laisse couler, car on sait désormais que c'est d'elles que sont
    faites les eaux calmes de ce lac.

    Bernard



    1 commentaire

  • Le Porge

    Uploaded on January 6, 2006 by des bleus au coeur



    Plage du Porge - Gironde - France



    Les mouettes naissent des mouchoirs que l'on agite au départ du bateau.

    The gulls are born from the handkerchiefs which one agitates at the sailing of the ship.

    Ramon Gomez de la Serna

    votre commentaire

  • avec un amant

    Uploaded on April 3, 2005 by Mustafá

    N'oubliez jamais de dire "s'il vous plaît" quand vous demandez une
    pine, ou de répondre "merci", quand on vous la donne.

    Pierre Louÿs

    Gallerie - Profil - Weblog



    votre commentaire

  • Raconte moi une histoire

    Uploaded on December 15, 2005 by souveniranonyme

    Je ne veux pas

    De jolies choses

    Je ne veux pas

    De grandes choses

    Juste des simples choses

    Juste quelques roses



    I do not want pretty things I do not want large Juste things of the simple Juste things some pinks



    (souvenir)

    Gallerie - Profil

    votre commentaire

  • homme orange

    Uploaded on December 17, 2005 by *Nicolas

    Cet homme étrange, dans un déshabillé orange
    Qui arrête les passants, pour les vider de leur sang
    Cet homme étrange, avec sa beauté qui dérange
    Qui vous conduit vers un ailleurs, un monde pas forcement meilleur

    Vous le suivez, vous le suivez,
    La nuit vous en rêvez

    Quittant les pavés maladroits, les routes qui ne vont pas tout droit
    Il vous conduit dans un endroit, où ne règne que l'angle droit

    Cet homme étrange, dans un déshabillé orange
    Qui vous parle en "tant pour cent", sa banque c'est la banque du sang
    Cet homme étrange, avec sa beauté qui dérange
    Chaque fois qu'on voudrait lui parler, on n'sait pas où il faut aller

    Vous le suivez, vous le suivez,
    La nuit vous en rêvez

    Quittant les pavés maladroits, les routes qui ne vont pas tout droit
    Il vous conduit dans un endroit, où ne règne que l'angle droit
    Quittant les pavés maladroits, les routes qui ne vont pas tout droit
    Il vous conduit dans un endroit, où ne règne que l'angle droit

    C'est l'homme orange...

    Michel Jonasz

    Weblog - Gallerie - Profil


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique